Photo de livre

Sauvons les livres

Judith Histoires d'aujourd'hui 2 Comments

Aujourd’hui, j’écris un article un peu différent des autres. Vous l’aurez compris, mon but par ce blog est de promouvoir toute forme de littérature pour nos enfants, afin de les inviter à découvrir le monde merveilleux de la lecture. J’ai aussi l’immense chance de travailler dans le monde du livre, et de connaître un peu sa réalité, et aussi ses aspects les moins reluisants.

Mon histoire commence il y a quelques jours, quand mon mari me dit qu’il a voulu m’acheter un album sur lequel j’ai flashé, mais qu’il ne l’a pas pris car la couverture était rayée. Bien sûr, mon sang n’a fait qu’un tour, car je connais le destin des livres abîmés. Ils sont renvoyés à l’éditeur qui ne peut plus les vendre et les détruit. Malheureusement, je sais que ces pratiques se retrouvent pour tous les produits de consommation, et le livre n’y échappe pas. J’ai mal au coeur quand je pense à tout ce gâchis, d’un point de vue écologique et éthique, quand il s’agit de nourriture mais aussi de tous ces produits auxquels on ne pense pas.

Photo de livre

J’ai eu l’occasion de manipuler ces ouvrages « abîmés ». La couverture est parfois un peu cornée, mais le plus souvent, le livre a surtout traîné un peu trop longtemps sur les rayons d’une librairie ou d’un supermarché sans se vendre. (Bientôt, je ferais un article pour expliquer pourquoi je n’achète JAMAIS mes livres en supermarché ou sur Amazon.) Il arrive aussi presque toujours qu’on imprime beaucoup trop d’exemplaires, et que faute de ventes suffisantes, il faille détruire les invendus : cela coûte trop cher de les garder, et il y a toujours de nouveaux titres qui sont prêts à remplacer les anciens sur les étagères des librairies. Je dis « ancien » mais sachez qu’en moyenne, un livre reste au maximum trois mois en rayon.

Alors forcément, quand j’ai pensé à ce magnifique album, abandonné dans un coin car il avait une pauvre rayure, et qui allait connaître un sort funeste (oui, n’ayons pas peur des mots, l’heure est grave), je me suis précipitée pour l’acheter. En pensant que cette malheureuse griffure ne serait pas la dernière de ses blessures, dans les mains d’un petit garçon pas toujours tendre, mais qu’il aurait au moins une belle vie avant de finir à la poubelle comme tant d’autres.

Si vous me lisez, c’est que vous savez comme moi que les livres sont des trésors inestimables dont il faut prendre soin. Alors, si vous rencontrez un livre un peu corné, un peu jauni, qui a l’air d’attendre son propriétaire depuis trop longtemps, ne passez pas votre chemin et prenez-le. Vous ferez forcément un heureux.

Comments 2

    1. Post
      Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *