Illustration d'Emond Dulac

Cendrillon en images

Judith Contes d'autrefois, Les contes en images Leave a Comment

Aujourd’hui je vous propose une nouvelle rubrique sur le blog : les contes repris en images par les plus grands illustrateurs. Certains, comme Arthur Rackham, Gustave Doré, Edmond Dulac, sont devenus très célèbres : leurs illustrations sont de véritables œuvres d’art.

Pour inaugurer cette rubrique, j’ai choisi le conte de Cendrillon, l’un des plus repris et illustrés. Je ne prétends bien sûr pas être exhaustive quand je recense ces images ;  il en existe bien davantage. Je trouve cependant l’interprétation de cette histoire par différents artistes assez intéressante, pour leurs différences et leurs similitudes.

♣ Les haillons

L’une des images fortes de ce conte, c’est la jeune-fille en haillons, maltraitée par sa famille, le visage couvert de cendres.

Voici la version d’Arthur Rackham :

Illustration d'Arthur Rackham pour la version des frères Grimm "Ashenputtel".

Illustration d’Arthur Rackham pour la version des frères Grimm « Ashenputtel ».

La misère et la tristesse de l’héroïne sont évidentes.

Et voici celle de Walt Disney, un siècle plus tard :

Illustration tirée du dessin animé de Walt Disney

Illustration tirée du dessin animé de Walt Disney.

Ici, en revanche, Cendrillon sourit malgré la tâche ingrate qu’elle accomplit, ses vêtements sont simples mais corrects. Le conte est un peu édulcoré !

A mi-chemin entre ces deux interprétations, l’illustration de Roberto Innocenti apporte une lecture différente :

Illustration de Roberto Innocenti (1940 - ), italien, qui choisit l'Italie des années 20 pour illustrer ce conte.

Illustration de Roberto Innocenti (1940 – ), illustrateur italien.

Il a transposé le conte dans le Londres des années 20. La jeune-fille sourit en lavant le linge, et dans le reflet de l’eau, on aperçoit ses rêves et ses espoirs. La portée symbolique de l’illustration est une tendance qui se développe beaucoup : l’image ne se contente plus de refléter fidèlement le conte, mais elle en apporte aussi une nouvelle lecture, une réinterprétation métaphorique.

♣ L’intervention de la fée-marraine

Ce passage a également beaucoup influencé notre imaginaire collectif, et notamment la transformation de la fée en citrouille, comme dans cette illustration d’Edmond Dulac.

Illustration d'Emond Dulac, (1882-1953), illustrateur français naturalisé britannique

Illustration d’Emond Dulac, (1882-1953), illustrateur français naturalisé britannique.

On remarque qu’ici, la fée est aussi belle que si elle allait au bal également !

Dans l’image suivante, on assiste aussi à la métamorphose de la souris en cheval :

Illustration d'Kinuko Y. Craft,  née en 1940, américaine d'origine japonaise.

Illustration de Kinuko Y. Craft,  née en 1940, américaine d’origine japonaise.

Et enfin, par un coup de baguette, c’est Cendrillon qui est transformée par la fée-marraine. La métamorphose est un thème primordial dans ce conte : elle évoque le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Illustration d'Yoshitaka Amano, (1952 - ), un artiste japonais

Illustration d’Yoshitaka Amano, (1952 – ), un artiste japonais.

On remarque aussi le traitement de la fée marraine : tantôt jeune et belle, tantôt vieille et un peu effrayante comme dans l’illustration ci-dessus. Il y a aussi celle de la fée rondouillarde et joviale, comme dans le dessin animé deWalt Disney.

Illustration tirée du dessin animé de Walt Disney

Illustration tirée du dessin animé de Walt Disney.

♣ Le bal

Et enfin, l’épisode qui nous a toutes marquées, nous jeunes filles romantiques, c’est le bal ! Avec leurs toilettes époustouflantes :

Illustration d'Arthur Rackham pour la version des frères Grimm "Ashenputtel".

Illustration d’Arthur Rackham pour la version des frères Grimm « Ashenputtel ».

Vous remarquez la différence dans le traitement des couleurs par les illustrateurs par rapport au dessin animé ? Plus sobres, plus sérieuses aussi parfois, car dans ces illustrations, on ne représente pas seulement une histoire pour enfants mais un véritable monument de la littérature.

Illustration de Kay Nielsen

Illustration de Kay Nielsen (1886 – 1957), illustrateur danois qui collabora également avec Disney.

(Très masculin ce prince n’est-ce pas ?)

Illustration de Félix Lorioux

Illustration de Félix Lorioux (1872 – 1964)

♣ La fuite et la pantoufle de verre

Enfin, c’est le moment des douze coups de minuit, où le charme prend fin.

Illustration de Roberto Innocenti

Illustration de Roberto Innocenti

Dans cette version d’Innocenti, on reconnaît tous les éléments de la scène, très bien résumée : la fuite de Cendrillon, le désespoir du prince qui retrouve la pantoufle, les douze coups de minuit, la citrouille, le lézard et les souris, revenus à leur état premier.

Illustration de Gustave Doré

Illustration de Gustave Doré (1832 – 1883), très connu de son vivant, et qui illustra une centaine d’ouvrages.

Dans cette version de Gustave Doré, c’est la scène où Cendrillon essaie la pantoufle (non, ce n’est pas le prince à ses genoux, ouf ! En fait, dans la version de Perrault, c’est un gentilhomme qui procède à l’essayage.)

Pour finir, voici la toute première illustration connue de Cendrillon, gravée en 1697 sous forme de vignette pour la première édition des Contes de Perrault :

Illustration d'Antoine Clouzier

Illustration d’Antoine Clouzier

Si vous connaissez d’autres très belles illustrations de ce conte, n’hésitez pas à les signaler dans les commentaires ci-dessous, je les rajouterai à ma sélection !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *